Quand Nisibe fut cédée par les Byzantins aux Perses en 363, Éphrem le Syrien quitta sa ville natale et s'installa de l'autre côté de la nouvelle frontière, à Édesse où il fonda une école théologique fameuse. Le Comté d'Édesse (1098-1150) By Monique Amouroux-Mourad. Une pièce n'existe pas dans le catalogue ? Pour consulter un article, cliquez sur son titre après l'avoir positionné au centre du graphe. Bien que cette bataille soit une défaite pour les Arméniens, ils la considèrent encore comme un symbole de leur résistance. Josselin III d'Édesse. On assiste par ailleurs à un double mouvement : émigration d'Arméniens vers le territoire russe et immigration de musulmans venant des provinces perdues par l'Empire ottoman ou encore du Caucase. Le comté d'Édesse (ou Orfa), au-delà de l'Euphrate, était le plus oriental des États latins et la principale marche contre les Turcs, constituant même une menace directe pour Alep. La légende permet de distinguer les quatre États latins disposés du nord au sud : le Comté d'Édesse, la Principauté d'Antioche, le Comté de Tripoli, le Royaume de Jérusalem. Table des matières. Grousset explique qu'à partir de cette date, l'existence d'une seigneurie purement franque voisine d'une principauté purement arménienne (la Cilicie arménienne) vont diminuer les risques d'interférences dans leur politique intérieure et renforcer la collaboration franco-arménienne[17],[18]. Françoise Ardillier-Carras & Olivier Balabanian, « Arménie des origines à la christianisation », dans. Il y arrive le jour des obsèques du roi et, avec l’aide d’Arnoul de Rœux, patriarche de Jérusalem, et de Josselin de Courtenay avec qui il s’est réconcilié, incite les barons de la Haute Cour du Royaume à voir sa candidature d’un œil favorable, au détriment des droits d’Eustache III de Boulogne, le frère du défunt roi. Il commence par soutenir les prétentions de la princesse Alix d’Antioche contre Foulques d’Anjou, roi de Jérusalem, mais le roi reprend facilement les choses en main. Les Romans la reconstruisent et établissent une « préfecture prétorienne » (ὑπαρχία τῶν πραιτωρίων) d'Illyrie (Ἐπαρχότης Ἰλλυρικοῦ), qui subsiste après la division de l'Empire romain en cette même année 395. Son empire s'étend de la mer Caspienne à la Méditerranée et correspond à l'extension maximale de l'Arménie. Zengi est assassiné le 15 septembre 1146 et Josselin II en profite pour reprendre Édesse le 27 octobre 1146. RECHERCHER. Moins de deux mois après sa « soviétisation », l’Arménie se révolte et rétablit un gouvernement dachnak (du 8 mars au 2 avril 1921). La version akkadienne parle d’Ourachtou mais les textes en vieux-persan et élamite mentionnent Arminia et khar-min-ou-ia[10],[11]. Au IXe siècle, Achot Ier de la famille des Bagratouni, fondateur de la dynastie des Bagratides, obtient des Abbassides le titre de « prince des princes » (862). En 1365, le roi Pierre Ier de Chypre relève le titre de comte d'Édesse — comte de Rochas, Rohas, Ruchas ou encore Roucha, selon la terminologie alors en usage chez les chrétiens de Terre Sainte et.. La mésentente s’installe entre les deux seigneurs francs, et Baudouin finit par confisquer la seigneurie, qui est ensuite rattachée au domaine comtal et devient l’une des résidences des comtes d’Édesse. J.-C., au cours de la période qui voit l'affaiblissement puis l'effondrement de l'Urartu. A ce dernier, qui meurt en 1100, succède son frère Baudouin de Boulogne qui prend le titre de roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin 1er Dès 1144, le comté d'Édesse tombe entre les mains de l'émir Zanki, de la dynastie Seldjoukides. Comté d'Édesse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les premiers émirats arabes en Arménie sont fondés au IXe siècle. Basile Ier, qui prend le pouvoir en 867 et fonde la dynastie « macédonienne », a également des ascendants arméniens, probablement des Mamikonian. Les Arméniens sont divisés en pro et anti-latins, c'est-à-dire entre partisans et adversaires de l'Union avec Rome. Édesse fait ainsi partie des rares grandes villes de Macédoine à avoir connu une occupation continue depuis l'Antiquité. Après la « Grande Catastrophe » de 1922-23 et conformément au traité de Lausanne rendant les échanges de populations obligatoires, la quasi-totalité des musulmans quittent Vodéna pour la Turquie et la plupart des Bulgares/Macédoniens pour la Bulgarie : ils sont remplacés par des réfugiés grecs venus de ces pays, dont les descendants forment la majorité des Édessiotes actuels. Erebouni (actuelle Erevan) est fondée en 782 av. Fondée sur des formations travertineuses (concrétions carbonatées), elle est connue dans l'ensemble de la Grèce pour ses chutes d'eau impressionnantes. Pour le premier objectif, il épouse une noble arménienne, stratégie qui est reprise par la suite par ses deux successeurs. Deux ans plus tard, Erevan construit son mémorial en souvenir du génocide. Artaxias, quant à lui, inaugure la dynastie des Artaxiades et fonde un royaume arménien hellénistique en -190. Les Sassanides instaurent une religion d'État, le mazdéisme, et mènent une politique étrangère agressive de restauration de l'Empire perse achéménide. L'Arménie soviétique est, dès l’origine, marquée par la répression du nationalisme. Quelques cités, comme Bira et Malatya, sont tenues par des chefs arméniens[7]. J.-C[17].. Ainsi, le hatt-i cherif (charte impériale) de Gülhane garantit à tous les sujets de l'empire l'égalité des droits, sans distinction de race ou de religion. C'est finalement un nommé Rouben, retranché dans les montagnes du Taurus, qui est à l'origine d'un État arménien durable entre l'Anti-Taurus et l'Amanus. Le roi accepte d’aller à Constantinople où il est contraint d’abdiquer mais Ani résiste encore un an avant d’être livrée par le catholicos Petros Gétadarz (1045). L'enluminure fut aussi une activité très importante[35]. À Madras aux Indes, les khodjas font paraître le premier journal arménien, Azdarar (1794-1796)[40]. Mû par un mouvement nationaliste fort, le gouvernement ottoman « Jeunes-Turcs » souhaitaient créer un état touranien, rassemblant tous les peuples considérés comme turcs, de la Turquie à l'Asie centrale. La Révolution russe de 1917 modifie radicalement la situation des Arméniens[53]. Lire la suite, Voir aussi : Syrie, Turquie. Beaucoup d'Arméniens font grève, par exemple à Stepanakert et à Erevan, pour soutenir ce vote. Bibliographie. La décadence de l'Empire ottoman se poursuit et la méfiance des musulmans à l'égard des minorités chrétiennes augmente. Pour enrayer le déclin de l'empire, les sultans ottomans acceptent de se lancer dans une politique de réformes et d'ouverture à l'Occident (« Tanzimat », prôné par des intellectuels et des officiers initiés aux idées humanistes venues de « l'Esprit des Lumières », très présent à Constantinople alors multiculturelle et déjà en voie d'européanisation). Au IIIe siècle, une nouvelle dynastie, les Sassanides, élimine la dynastie parthe des Arsacides en Iran. Dès le milieu du XIIe siècle, le catholicos arménien assiste à un concile latin à Jérusalem[12]. Le roi de France Louis VII et l'empereur germanique Conrad III y répondent. L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU). Après avoir aidé le baron de Jérusalem, les rois embarquent sans. Du point de vue religieux, trois patriarches coexistent à Édesse durant la période comtale, le plus souvent en bonne entente les uns avec les autres : le latin, le syriaque et l’arménien. L'Empire romain d'Orient (que nous appelons « byzantin ») institue alors des « thèmes », préfectures à la fois civiles et militaires : la ville fait partie de celui de Thessalonique. Le rattachement du Karabagh à l'Arménie semble très périlleux. Le roi de France Louis VII et l'empereur germanique Conrad III y répondent. La Citadelle d'Édesse, aujourd'hu Trois grandes églises se partageaient le comté d'Edesse (nous avons vu qu'il existait également un culte grec, mais dont la communauté se réduisait à un petit nombre de fidèles et était complètement soumise à l'autorité de l'église latine 1) : deux églises orientales, l'église syriaque et l'église arménienne, une église occidentale, l'église latine, issue de la conquête Le comté d'Edesse était l'un parmi les plus importants des États croisés en termes de territoire, mais il a été l'un des plus petits par la population. Toutes les tentatives de médiation entre les deux pays ont, en effet, échoué jusqu'à présent. Après une courte domination mède du territoire (de 590 à 549 ? Presque cent mille personnes défilent à Erevan les 17 et 18 octobre 1987 en faveur des droits nationaux et pour lutter contre la pollution. ». Ainsi, de 1080 à 1375, le centre de gravité de la civilisation arménienne se déplace vers la principauté roubénide de Petite-Arménie qui devient un nouveau foyer national[12]. Une importante communauté arménienne s’installe à Édesse. Vers 204, Abgar IX se convertit au christianisme. Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay. Achetez et téléchargez ebook Le Comté d'Édesse (1098-1150): Boutique Kindle - Europe : Amazon.f, Télécharger le livre Le Comté d'Édesse (1098-1150) de Monique Amouroux-Mourad en version numérique. Il s'agit entre autre d'une variante de la Nintendo 3DS sans la capacité 3D stereoscopique. Cette date sert à la commémoration du génocide dans le monde. Il obtient des territoires des Mèdes pour son aide apportée face aux Séleucides, il prend possession des terres des Albans[16] et gagne du territoire en Ibérie et en Syrie. Carte de Édesse en l'an 1100 Leur. En 1118, Baudouin II devient roi de Jérusalem et. L'Arménie vers l'an mille à l'époque de la dynastie bagratide. Les jeux de lettre français sont : Après avoir confié la régence du comté à un de ses cousins, Galéran du Puiset, il finit par inféoder Édesse à un autre cousin, Josselin de Courtenay. Aramu, le fondateur de ce royaume, unifie les principautés de la région et se dénomme « roi des rois ». En 162, sous Marc Aurèle et Lucius Verus, les Romains s'emparent de Vagharchapat et mettent sur le trône un de leurs clients, Sohaemus[19]. Après plusieurs règnes éphémères, le royaume de l’Arménie s'éteint en l'an 1 et tombe sous contrôle romain. Ces Arméniens vont fonder La Nouvelle-Djoulfa, une prospère communauté de marchands[38],[39]. Barses d’Édesse ou Saint Barsès (378), est une évêque chrétien, confesseur de la foi, martyr et déclaré Saint par l'Église catholique et orthodoxe. Ils s'en prennent rapidement à la branche arménienne des Arsacides. En 395, les Wisigoths ravagent Édesse, avant de se diriger vers le Péloponnèse, l'Épire, puis la Dalmatie et l'Italie. Dans la ville même existaient des sources (auxquelles les Grecs donnèrent le nom de kallirroé) qui sont encore connues aujourd'hui. Utilisez le tiret pour exclure les pièces liées à un mot ou une expression.Exemple : Martin Luther -King, Pièces › Une des tragédies de l'époque stalinienne est le retour au pays, à l'invitation du gouvernement soviétique, d'une centaine de milliers d'Arméniens de la diaspora. D'Alexandre le Grand à la conversion au christianisme, L'Arménie entre les Romano-Byzantins et les Sassanides, L'Arménie entre les Ottomans et les Séfévides, L'Arménie entre Ottomans et Russes, prémices du génocide, « l'appellation d'Arménie, d'origine araméenne et signifiant probablement « Haut pays », est un terme des plus vagues, appliqué d'une manière générale à toute la région des plateaux que couvre le double-cône de l'Ararat, Une autre légende existe sur Haïk selon laquelle il aurait combattu. Après la conquête de Jérusalem en 1099, les chefs de la première croisade fondent quatre principautés franques : le comté d'Édesse (auj. Ces aides sont toutefois, le plus souvent, de nature financière. Le coup d'État contre Gorbatchev en août 1991 a entraîné l'effondrement de l'URSS. Ter-Petrossian fonde un parti politique, le Mouvement national arménien, qui gagne les élections de 1990. Le relief montagneux de l’Anatolie orientale se différencie des plaines arides de la Mésopotamie assyrienne. Atlas historique en ligne montrant une carte politique de l'Europe à la fin de chaque siècle, de l'an 1 à l'an 2000. Un jeune prince arsacide, Tiridate (qui se convertit plus tard au christianisme), se réfugie auprès des Romains. J.-C.), premier document mentionnant l'Arménie[13]. Sa capitale porte le nom d'Artaxate (« la joie d'Artaxias »). Mais la tendance s'inversa sous son successeur Ibas, au point que l'école d'Edesse se voit accusée de nestorianisme. Mais en 1018, au terme d'une guerre longue et sanglante, l'empereur grec Basile II parvient à reconquérir la péninsule des Balkans en anéantissant la Bulgarie. It may not have been reviewed by professional editors (see full disclaimer), Toutes les traductions de Histoire de l'Arménie, dictionnaire et traducteur pour sites web. Gagik II est couronné en 1042 pour interdire l’annexion par Byzance mais en 1044, les Byzantins reviennent à la charge. La céramique est cependant absente. Elle entraîne le déclenchement de la deuxième croisade, prêchée notamment par le moine Bernard de Clairvaux. Ce royaume prédécesseur de l’Arménie s’est épanoui sur le plateau arménien entre 883 et 590 av. En Occident, les imprimeurs arméniens se réfugient à Amsterdam (1658) où ils publient la première Bible arménienne imprimée en 1666. Quand Boursuqî tombe en disgrâce et que le sultan lui retire ses commandements, Zengi reste à Mossoul et sert le nouvel atabeg, Juyûsh-beg. J.-C.), devenu province romaine en 216, puis incorporé au diocèse d'Orient, de 244 à … Ils s'emparent du Vaspourakan en 1021, tandis que chez les Bagratides, Hovhannès-Smbat III fils de Gagik Ier, lègue par testament son royaume d’Ani à Byzance. La théorie la plus couramment avancée[8],[9] est que les Arméniens auraient fait partie des groupes thraco-phrygiens passés en Anatolie vers -1200 au moment des invasions des Peuples de la mer. Origine. Il participe au traité consécutif à la victoire d’un groupe de rois anatoliens sur Pharnace du Pont en 181 av. La religion est le dernier refuge du sentiment national arménien : les sultans ottomans créent un patriarcat arménien de Constantinople qu'ils placent à la tête du « millet arménien » (nation arménienne). Imad ed-Din Zengi [2], ou Himad el-zain Zankay ibnou takaykh al- zewane (également appelé Zangi, Zengi, Zenghi, Zengui, Zenkî ou Zanki, et surnommé Sanguinus, en français le Sanglant, par les chroniqueurs francs des croisades) (1087-1146), est le fils de Aq Sunqur al-Hajib, gouverneur d'Alep sous le sultan Malik Shah I er.. Il devient atabeg de Mossoul en 1127 et d'Alep en 1128, unifiant. Bibliothèque électronique du québec delly. Tous droits réservés. Un seigneur arménien de Kaisun, entre le comté et la Cilicie, Vasil Dgha, accepte d’être inféodé aux Turcs et Baudouin décide de le soumettre, pour éviter d’être pris en tenaille. Le génocide commence vraiment le 24 avril 1915 avec l'arrestation et la déportation de 650 intellectuels et notables arméniens à Constantinople[49]. La régence du comté est assurée par Geoffroy le moine, seigneur de Marach. Le manque de liberté, le refus de prendre en compte les revendications nationales et les difficultés économiques sont les principales causes de ces migrations, soit vers l’extérieur des frontières de l’URSS, soit vers d’autres républiques soviétiques[63]. Définitions de Josselin II d'Edesse, synonymes, antonymes, dérivés de Josselin II d'Edesse, dictionnaire analogique de Josselin II d'Edesse (français Le Comté d'Édesse (1098-1150) | Monique Amouroux-Mourad. Le référent Numista pour les pièces de cet émetteur est Tomas530. Baudouin est élu et sacré roi de Jérusalem le 14 avril 1118[19]. Il assiège Bira en mars 1145, mais ne parvient pas à prendre la ville[22]. Le gouvernement ottoman profite de la guerre pour se débarrasser de tout contrôle étranger dans la question arménienne. La bataille d'Édesse a eu lieu en 260 entre les armées de l'empereur romain Valérien et de l'empereur Sassanide Chapour Ier de Perse entre Carrhes et Édesse. La même année, les Francs d’Antioche et d’Édesse organisent une opération concertée contre Harran, dans le but d’ouvrir la route qui permettrait de prendre Mossoul, puis Bagdad. Pour consulter un article, cliquez sur son titre après l'avoir positionné au centre du graphe. Bien que la dynastie bagratide ait été fondée dans des circonstances favorables, le système féodal - les Nakhararqs s'agitent perpétuellement - mine graduellement l’unité du pays. Les fréquentes escarmouches et les guerres entre cet État et l'Empire, s'achèvent par l'annexion d'Édesse, désormais Vodéna, par la Bulgarie. Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. Après avoir été attaqué par les Scythes, l'Urartu est détruit par les Mèdes (590 avant J.-C.). Mar'ash devient alors une seigneurie franque, donnée à plusieurs seigneurs successifs, dont tous ne sont pas connus. En 1292, le catholicos arménien s'installe à Sis[37], la capitale du royaume cilicien. L'Arménie est à nouveau un champ de bataille. Ils adoptent cependant la culture hellénistique. Pris par les Turcs près de Harran (1104), il ne fut libéré qu'en 1108 contre le versement d'une rançon e Après cette victoire éclatante sur les Turcs, la côte de la Terre sainte est bientôt conquise et organisée en quatre principautés chrétiennes et féodales : le comté d'Édesse (1098-1144. Les défaites turques face aux Russes exacerbent le ressentiment contre les Arméniens. Durant la Seconde Guerre mondiale, Édesse fut occupée par la Wehrmacht. Par ailleurs, le mouvement nationaliste ne s’est jamais résigné. Ils restent la plupart du temps indépendants face aux successeurs d'Alexandre dans la région, les Séleucides. Dans la partie perse, Chah Abbas déporte environ 50 000 Arméniens du Nakhitchevan vers Ispahan en 1604/1605 au cours d'une guerre contre les Ottomans. Seules face aux Turcs, les troupes arméniennes remportent en mai les victoires de Sardarapat, Bacha-Baran et Karakilisa. Contacteur de clignotant avec centrale incorporée. Le géographe grec Hécatée de Milet parle également d'Arminioi. Bien que la notion de génocide ne date que des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, elle sera retenue pour les massacres de 1915-1916 par la majorité des historiens et par divers pays ainsi que par le Parlement européen (1987). À son avènement, le comté d’Édesse se réduit à la ville et à ses alentours, ainsi que des cités de Turbessel et de Ravendel. Librairie Eyrolles - Librairie en ligne spécialisée (Informatique, Graphisme, Construction, Photo, Management...) et généraliste. Le roi Yazdgard II (438-457) et ses successeurs tentent de convertir de force les Arméniens au mazdéisme mais sans succès. Édesse, urḥa en syriaque, Şanlıurfa en turc, al-Ruh â en arabe, était la capitale de l'Osroène, un petit État d'abord indépendant (132 av. L'art médiéval arménien fut marqué par l'architecture. On est sur un terrain plus sûr au IVe siècle. En 1332, Édesse/Vodéna est prise et annexée par Étienne Douchan, l'empereur des Serbes, qui ne la garde que huit ans, après quoi elle revient à l'Empire byzantin sous le règne de Jean VI Cantacuzène. Des fouilles récentes ont révélé l'existence de la culture de Kmlo (le long de la rivière Kasakh) caractérisée par des outils d'obsidienne dont la taille est originale. L'ancienne noblesse arménienne est décapitée et ses terres distribuées aux timariotes ottomans ; les paysans exploités quittent leurs terres et on assiste à la création d'une société urbaine de marchands arméniens installés jusqu'à Constantinople. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. ). Des réformes internes ont toutefois pu être menées par la Première République, et des élections libres ont été tenues, auxquelles les femmes, qui obtiennent le droit de vote en 1919, participent[57]. Liste des pièces du Comté d'Édesse, présentées avec des images, des descriptions et d'autres informations utiles : métal, poids, dimension, dates, tirages.. Attaque contre le comté d'Édesse. Les nouveaux rois débutent un programme d’expansion qui atteindra son apogée cent ans plus tard. Histoire de l'Arménie ancienne sur livius.org. Depuis la chute du régime soviétique, le Caucase est partagé entre deux groupes d'influences : l'axe Turquie - Géorgie - Azerbaïdjan soutenu par les États-Unis et l'axe Russie - Arménie - Iran. Les révoltes des chrétiens, fréquentes, sont réprimées dans le sang, et de nombreuses bandes d'insurgés se forment, mi-voleurs (κλέφτες : klephtes ou haïdouks), mi-héros. C'est cette. Le territoire arménien compte alors quelque quarante-six mille kilomètres carrés. La question arménienne est évoquée lors du traité de San Stefano (1878) dans l'« article 61 », révisé par le congrès de Berlin.